En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus et gérer ces paramètres. x
A- A A+

Dans cette partie, vous trouverez les réponses à vos questions sur les examens permettant le dépistage de la maladie.

La coloscopie (ou vidéocoloscopie) est un examen complémentaire au cours duquel le médecin gastro-entérologue examine la surface interne du côlon (gros intestin) et du rectum en s’aidant d’un tube souple. Son intérêt est l’absence d’utilisation de rayons X et la vision directe des éventuelles lésions. En pratique, comment se passe une coloscopie ?

La coloscopie nécessite que l’intestin soit vidé de son contenu et que cette paroi soit propre. Pour « laver » son côlon et son rectum, il est nécessaire de suivre un régime particulier dit « sans résidus » pendant quelques jours, et de prendre un produit destiné à éliminer les matières fécales et les résidus végétaux (la « préparation colique »).

Parfois, pour des raisons médicales, il n’est pas possible de pratiquer une vidéocoloscopie, l’examen visuel de la paroi du côlon et du rectum via un tube souple. Dans ce cas, comment parvenir à dépister la présence de polypes ou de tumeurs colorectales ? Une technique particulière, le coloscanner ou coloscopie virtuelle, peut alors être utilisée.

La coloscopie est un examen médical destiné à observer l’aspect de la paroi interne du côlon (gros intestin) et du rectum, à l’aide d’un tube souple équipé d’une caméra miniaturisée (le « coloscope »). Cet examen a la particularité d’être également un moyen d’intervenir chirurgicalement sur cette paroi, par exemple pour faire un prélèvement (une « biopsie ») ou pour enlever une excroissance (un « polype » ou « adénome ») ou une tumeur de petite taille.

Pourquoi est-il si important de faire un test de dépistage du cancer colorectal après 50 ans ? Quand le nouveau test sera-t-il disponible ? La réponse à toutes les questions que vous vous posez sur ce dépistage essentiel.